Le Porridge Du Matin

Ceux qui me connaissent savent que je suis une crève-faim qui ne pense qu’à se remplir l’estomac (j’exagère à peine). La faute à toutes ces bonnes choses que je vois sur les blogs cuisine et qui me mettent l’eau à la bouche, m’voyez.

Seulement voilà, quand on travaille à temps complet on n’a pas trop le loisir de grignoter toute la matinée (heureusement, dans mon cas !) donc il vaut mieux compter sur un bon petit dej’ qui tiendra au corps jusqu’à midi.

A force de chercher le saint graal, j’ai fini par tomber sur diverses recettes de Porridge, cette bouillie étrange dont se bourrent tous les Anglais le matin, paraît-il. 

Le concept, c’est de faire bouillir des flocons d’avoine dans du lait, d’ajouter divers ingrédients (au choix, des fruits, du miel…) et de manger chaud… Et ca te cale l’estomac pendant plusieurs heures. Voici donc ma recette :

IMG_8410

pour un bol : 

  • 25 cl de lait d’amande (plus léger que du lait de vache)
  • 75g de flocons de chataîgnes (parce que c’est plus gourmand que l’avoine!)
  • une cuillère à soupe de cannelle
  • une cuillère à soupe de miel brun
  • des quartiers de pomme

On fait donc bouillir le lait, on y verse les flocons et on laisse cuire 2 min en remuant régulièrement. En fin de cuisson, on verse un peu de miel et la cannelle.

Puis on verse cette bouillie dans un bol, et on décore avec les quartiers de pomme et un dernier filet de miel.

Et vous, que prenez-vous au petit déjeuner ? 

Le

Oeufs Cocotte aux Champignons des Bois

Et hop ! Une petite recette toute simple issue de l’agenda gourmand 2015 !

IMG_8071

Pour deux ramequins :

  • 2 gros oeufs bio
  • 65 ml de crème fraîche épaisse
  • une pincée de noix de muscade
  • 100g de champignons (girolles et cèpes pour moi)
  • 1,5 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • quelques tranches de pain
  • estragon
  • sel, poivre

Nettoyer les champignons et les faire cuire à feu vif dans l’huile d’olive pendant 10 min. Saler, poivrer.

Mélanger la crème, la muscade, un peu de sel et de poivre et répartir dans les ramequins. Ajouter les champignons, casser un oeuf dans chaque ramequin, parsemer d’estragon et enfourner 10 min à 180°C dans un bain-marie. Pendant ce temps, préparer le pain en tranches fines ou en croûtons selon votre préférence.

Servir chaud, avec le pain.

Bon appétit !

L’ingrédient du mois #1 : Le Metton / La Cancoillotte

J’inaugure cette nouvelle rubrique aujourd’hui avec un produit qui m’est familier : étant d’origine Franc Comtoise, et plus particulièrement Haut-Saônoise, il me semblait logique de parler ici du produit Haut-Saônois par excellence, le Metton !

metton

Le metton, c’est du lait caillé séché en petits « granules » jaunes et odorants, et que l’on achète chez les fromagers locaux dans tout l’est de la France, ou en grandes surfaces au rayon fromage (si on a de la chance… perso je n’en ai malheureusement pas encore trouvé dans le Sud. Obligée de transformer ma grand-mère en contrebandière pour m’approvisionner). J’utilise habituellement celui de la fromagerie Poitrey, mais plusieurs marques en proposent et il ne faut pas négliger le metton artisanal en vente directe chez les fromagers (plus chers mais meilleur).

metton2

Ce metton est utilisé pour faire de la cancoillotte, un fromage coulant et collant, faible en matières grasses, et qui se mange froid en tartines ou chaud sur des pommes de terre. (Si vous ne connaissez pas ce monument gastronomique de chez moi, je vous invite à lire cet article).

La plupart des gens aujourd’hui achètent leur cancoillotte déjà fondue ; c’est plus facile et plus rapide, mais occasionnellement j’aime fondre ma propre colle et maîtriser ainsi complètement sa consistance, son goût, etc.

Je serais incapable de restituer une recette précise de ma cancoillotte : je la fais à l’instinct, sans suivre vraiment des quantités particulières. En gros, je fais juste tremper mon metton une nuit dans l’eau tiède, puis je le fais fondre dans une cocotte (la tradition veut que l’on fonde la cancoillotte dans un caquelon, mais je fais avec ce que j’ai :p) avec un peu d’eau, du vin blanc, de l’ail pilé et du beurre. Beaucoup de beurre, parce que c’est ce qui donne son goût, sa belle couleur jaune clair et son moelleux à la cancoillotte. On peut aussi la faire nature, aux noix, au vin jaune, au macvin du Jura… Quand on la fait soi-même, les possibilités sont infinies, et chaque famille a sa recette.

Et pour la dégustation, je suis irrécupérable : je mange ma cancoillotte à la cuillère, directement dans le pot… Mais chaude sur des pommes de terre ou en fondue, froide sur du pain ou des toasts, là encore avec un peu d’imagination tout est possible !

cancoillotte

Et Vous, connaissiez-vous le metton et la cancoillotte ?