Mon Premier T-Shirt !

Ca y est, je l’ai fait ! 

Cela faisait un moment que je voulais me mettre à la couture. J’avais tenté l’expérience en 2015 avec ma petite cousette, qui ne m’avait permis de faire que de menus travaux et quelques réparations avant de s’avérer clairement insuffisante pour mes projets. Et puis Chéri a eu pitié de moi et a fini par m’offrir une « vraie » machine à coudre pour Noël, malgré le manque criant de place dans notre petit deux pièces (le pauvre, il a été l’artisan de son propre malheur !) et du coup, pour vraiment la tester, j’ai voulu coudre un vêtement. Oui, rien que ça.

Mon choix s’est porté sur un patron de la maison Victor (j’achète tous les deux mois leur magazine parce que je trouve leurs patrons sympas, clairs et bien expliqués) en particulier le top Harley, réputé sur la blogosphère comme idéal pour les archi-débutantes (moi, donc). Il était possible d’acheter en ligne le patron pochette et la vidéo explicative, mais j’ai encore une fois joué les radines et préféré me débrouiller toute seule avec le pas à pas du magazine, qui s’est d’ailleurs avéré largement suffisant.

IMG_9130

Le choix du tissu s’est fait un peu à l’arrache chez Mondial Tissu un jour de soldes ; je voulais un coupon qui ne me reviendrait pas trop cher, au cas où je me foire lamentablement tout ne se serait pas déroulé comme prévu. J’ai donc jeté mon dévolu sur un petit mètre de jersey de coton trèèèèès extensible (la fille qui se colle une difficulté supplémentaire…) mais avec un petit motif léopard sympa dont l’intérêt était évidemment qu’avec un tel imprimé, on ferait moins gaffe à mes erreurs et mes loupés.

Et, un mercredi après-midi, je me suis lancée. J’ai décalqué puis coupé mes pièces avec mille précautions, comme si ma vie en dépendait. J’ai tout bien épinglé et zou ! En avant pour la couture. Et quelques heures plus tard, il était là !

IMG_9135

Ma grosse peur venait du fait que j’ai utilisé un tissu extensible, et qui demandait donc une couture à la surjeteuse. Mais comme je suis une rebelle (et que je n’ai pas de surjeteuse) j’ai préféré faire des tests sur un coin du coupon avec diverses longueurs de points zigzags… et bingo ! Mes coutures sont bien extensibles et ne craquent pas.

Je pensais que mes deux mains gauches seraient uniquement capable de donner vie à un truc plein de défauts et au final importable. Une sorte de Frankenstein de la couture, en somme ! Mais il s’avère que je me suis agréablement surprise : si mes finitions sur l’envers du top ne sont pas impeccables, en revanche sur l’endroit il fait vraiment illusion (enfin, je trouve). J’aime beaucoup sa coupe un peu ample et fluide, et ses petits mancherons tout mignons. Bref, satisfaite de mon premier VRAI projet en couture, et que je serai amenée à réaliser à nouveau parce que ce modèle est vraiment sympa à coudre, et à porter.

Bien contente aussi des capacités de ma machine à coudre qui a avalé les épaisseurs de tissu sans broncher, j’avais lu sur les forums que certaines machines entrée de gamme pouvaient casser l’aiguille ou « taper » bruyamment au delà de trois épaisseurs de coton ; ce n’est pas le cas de la mienne, qui est délicieusement silencieuse, stable et robuste. Ah ! Le Made In Germany, ça n’a rien à voir avec le mauvais Made In China

Alors, que pensez-vous de ce top ? 

IMG_9131

Top Harley, la Maison Victor (taille 34)

Ceinture Aigle

Pantalon Vero Moda

Montre et BO Piery

Bilan 2015

Oh, tiens, une revenante ! 

IMG_9104

Je n’ai pas posté ici depuis… mai 2015. Il faut dire que le temps va de plus en plus vite et que je n’ai plus trouvé le temps pour revenir ici régulièrement, pour diverses raisons : un seul ordinateur à la maison, à partager avec un Chéri qui fait désormais de la programmation informatique/électronique et qui ne décroche plus a un peu de mal avec le concept du « chacun son tour » ; une vie perso bien remplie avec de la lecture et divers autres projets dont je parlerai ici en temps voulu, mais qui m’ont pour le coup aussi éloignée des écrans ; une vie professionnelle tout d’abord bien remplie, puis assez mouvementée vers la fin de l’année, et qui a généré suffisamment de stress pour que j’ai autre chose à faire moins envie de me consacrer au blogging ; et d’une manière générale, une baisse de motivation pour venir nourrir le fourre-tout qu’est ce blog.

Oui mais voilà, même si c’est très modeste j’ai quand même des lectrices qui passent régulièrement ici et qui m’ont fait remarquer « in real life » que mes élucubrations commençaient à leur manquer alors….  Je me suis mis un coup de pied au derrière et me revoici !

Pour lire mes bilans de 2013 et 2014, c’est ici et ici !

Dooooonc, que s’est-il passé pour moi en 2015 ? 

  • en Février, Chéri et moi nous sommes Pacsés ! ^^
  • en avril, j’ai fêté mon quart de siècle… (on n’est pas obligés de s’appesantir dessus…)
  • Avec Chéri on a traîné nos baskets un peu partout en France…
  • … Et surtout, on a passé un chouette week end à Bruxelles en Décembre
  • Entre temps, je me suis retrouvée au chômage, youpi et joyeux Noël !
  • Donc je me suis vengée en lisant des dizaines de bouquins et en bouffant le reste de mon temps sur Instagram.

Pas de Tricot ou de Crochet pour moi cette année, et à peine quelques pochettes cousues avec ma petite cousette qui a vite rendu l’âme. Du coup Chéri a fini par avoir pitié de moi et m’a offert une vraie machine à coudre pour Noël, je vais donc m’y mettre sérieusement… Stay tuned ! Espérons que 2016 marquera aussi mon retour aux aiguilles et aux pelotes de laine car j’ai quelques projets laissés en stand-by qu’il faudrait reprendre.

Que me souhaiter pour 2016 ? 

  • Professionnellement : je reprend le boulot à mi-temps d’ici peu, et j’espère trouver un second mi-temps pour compléter mon salaire mon temps.
  • Personnellement : Comme dit plus haut, démarrer la couture de façon sérieuse (maintenant que j’ai le matos :p) et reprendre tricot et crochet pour ne pas perdre la main. Dans un autre domaine, le gros challenge de 2016 sera de me mettre au sport de façon régulière : en triant les photos j’ai pu constater que je m’étais quelque peu empâtée ces dernières années, et surtout à 25 ans je suis déjà raide comme un piquet et incapable de courir 5 min en petites foulées sans cracher un poumon ensuite. Il faut que ça change !

Et vous, quels sont vos objectifs pour 2016 ?

Retour Après une Cure d’Ecrans

Re !

Mon dernier article publié ici remonte au 27 janvier. On est le 10 mai… Qu’ai-je fais pendant tout ce temps ?

Des tas de choses… de la couture (oui oui madame) de la cuisine, des balades… et surtout une « cure d’écrans« . Quésaco ? C’est tout simple : pendant trois mois, je ne me suis presque pas approchée d’un ordinateur, d’une tablette, d’un smartphone ou d’une télévision.

Dans une société ou l’on est tous accro à ces terminaux ultra-connectés, je voulais voir si j’étais capable de « décrocher », de m’occuper autrement. Evidemment, j’ai continué à appeler ma mère une fois par semaine avec mon téléphone, et à passer 5 min par jour sur les sites d’infos (et facebook…. oui roooh ça va hein) histoire de ne pas me couper du monde non plus. Mais pas plus. D’ailleurs, j’ai coupé le partage des données sur mon téléphone, qui ne reçoit donc plus internet et ce n’est pas plus mal !

Le drame, c’est que du coup j’ai eu l’impression de me couper effectivement des autres. Ou comment découvrir qu’en 2015, il devient très difficile de garder le contact avec une famille ou des amis éloignés sans Facebook/instagram/gmail, de rester informé de ce qui se passe dans le monde sans les sites d’informations et les chaînes de télévision… Plusieurs groupes que j’adore ont sorti des albums ou sont passés près de chez moi en concert et je n’ai même pas été au courant… Essayer d’apprendre à tricoter un nouveau point sans aller voir des dizaines de vidéos-tuto sur youtube s’est avéré ardu, idem pour la couture ou la cuisine.

Alors certes, du coup j’ai eu plus de temps pour moi, particulièrement les week ends. Internet surtout est chronophage : ne plus y passer qu’en coup de vent m’a permis de faire plein d’autres choses de mes journées : en un samedi je trouvais le temps de faire tout mon ménage à fond, les courses, préparer les deux repas du midi et du soir + du pain ou un/des gâteaux pour le goûter, tricoter ou coudre un peu, lire une centaine de pages d’un bouquin (j’ai dévoré une dizaine de livres en trois mois, ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps) prendre deux ou trois heures pour aller se balader avec Chéri ou juste flâner en ville…. Et ce, sans me lever aux aurores et sans me speeder, loin de là ! Si j’avais allumé l’ordinateur ces jours-là, je n’aurais même pas pu faire la moitié de toutes ces activités.

La vie est-elle plus riche avec ou sans écrans ? Je ne pourrais pas répondre de manière tranchée. Evidemment, Internet, la télévision et les smarphones sont des inventions formidables grâce auxquelles on peut rester connecter à ceux qu’on aime et à ses amis de façon quasi permanente et instantanée (merci Skype !) d’apprendre plein de choses gratuitement sans bouger de son salon, etc. Mais dans un autre sens, on devient vite accro sans s’en rendre compte et à force de rester rivé à ses écrans, on en oublie un peu l’essentiel. Le matin dans le bus, j’étais scotchée à l’écran de mon téléphone, musique dans les oreilles; m’en détacher m’a fait découvrir que de très jolies fleurs poussaient le long de la route et que dans la lumière du matin, le chemin est vraiment magique… Je ne m’en étais jamais rendue compte. Combien d’autres jolies choses simples ne voyons-nous plus ?

Cette expérience m’a bien fait cogiter et si désormais je reviens à pas feutrés ici, je jure que je n’y passerai plus trois heures par jour. Parce qu’il y a plein de choses aussi à voir et à vivre en dehors d’internet, d’ailleurs chez nous maintenant à 22h le wifi est coupé et les soirées se passent plutôt autour d’un bon repas à se raconter nos journées… et les livres, les magazines, les activités « manuelles » ont repris leur place.

Vous aussi faîtes-vous du bien : Faîtes une cure d’écrans. 

Semaine du Développement Durable : Comment ça Se Passe Chez Moi

Du 1er au 7 avril 2014, c’est la semaine du développement durable. L’occasion de s’interroger sur notre position par rapport à l’écologie, la préservation de l’environnement, nos modes de consommation, etc… *attention, post interminable inside*

Je ne dirais pas que je suis écolo, et je ne cherche d’ailleurs pas à être cataloguée comme tel, mais Chéri et moi avons fait le choix de vivre au mieux, de la façon la plus « naturelle » possible. Cette transition a fait suite à notre période étudiante où nous avons gaspillé eau, chauffage et nourriture, pas toujours mangé des trucs sains (comme tous les étudiants, je suppose) et consommé à outrance parce qu’à l’époque, on gagnait nos premiers salaires et que même les mois de galère on voulait absolument « se faire plaisir » en dépensant à tort et à travers. Je ne regrette pas les monceaux de disques, DVD, fringues… accumulées à cette période, mais je sais désormais que j’ai bien changé mes attitudes de conso et mon mode de vie et je ne m’en porte que mieux !

Changer son style de vie ne se fait pas en un claquement de doigt. Adopter de nouvelles habitudes prend du temps et le processus se fait progressivement, en suivant l’effet « boule de neige » : une nouvelle préoccupation en entraîne une autre, qui en entraîne une autre, etc. Ca a quelque chose de rigolo de se retourner parfois et de regarder son évolution sur les derniers mois écoulés. Et quand on sait que nos choix à petite échelle finissent par avoir des répercussions à l’échelle de la planète, on se sent plus responsables.

Tree in a bubble

Alors concrètement, quels sont les gestes « ecolo-friendly » que je pratique au quotidien ?

1 : Le tri des déchets. 

Aujourd’hui : c’est par là je crois que tout le monde commence. Nous avons emménagé avec Chéri dans un appart situé à moins de 100 m de containers de recyclage, et notre proprio nous a fortement incités à alléger au max nos poubelles en les utilisant. Du coup nous avons investi dans une poubelle à compartiments et nous ne le regrettons pas. Tous les cartons, papiers, plastiques, boites métal et verre qui passent chez nous sont immédiatement recyclés et du coup nos poubelles « normales » ne contiennent presque plus que des déchets organiques et des éléments non recyclables. Pour ce qui est des objets dont nous ne nous servons plus, nous avons adopté le réflexe Emmaüs : j’ai toujours un sac dans lequel je mets vêtements, petits meubles, objets divers et livres dont nous ne voulons plus et on les donne une à deux fois par trimestre en moyenne.

Mes projets :  Cela fait déjà plusieurs mois que nous nous renseignons sur la possibilité de désencombrer encore plus notre poubelle en installant un container à compost. N’ayant malheureusement ni jardin, ni balcon, nous lorgnons sur les kit de compostage d’appartement – des petits containers contenant des vers qui transforment les déchets organiques sans qu’on s’en occupe. Mais quelques problèmes se posent tout de même : la place (c’est très petit chez nous) et les odeurs… Affaire à suivre.

2 : Les produits ménagers toxiques

Aujourd’hui : Avant, j’étais pas DU TOUT une maniaque du ménage, parce que je n’y trouvais rien de ludique et que les produits utilisés puaient, grattaient la gorge et étaient dangereux (et vas-y mets ton masque et tes gants pour recouvrir ton intérieur de javel). En devenant assistante dentaire, j’ai eu une formation sur la stérilisation et la notion de propreté en milieu de soins. Et j’ai appris au passage que la Javel – puissant biocide – n’est efficace que 5 minutes et qu’utilisés à la longue, les produits ménagers courants sont TOUS cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Vu que je les utilise au boulot, je me suis dit qu’il était hors de question de les retrouver aussi chez moi. Avec Chéri, nous nous sommes documentés et nous avons décidé de créer nous-même nos propres produits. Et… Ils sont aussi efficaces que ceux du commerce, en nous coûtant bien moins chers ! Savon de marseille, huiles essentielles, vinaigre blanc, savon noir, papier journal et bicarbonate de soude sont désormais les seules substances autorisées chez moi, y compris pour la lessive et la vaisselle. Ca n’a jamais été aussi propre, ça sent bon le frais, certes ce n’est pas désinfecté à mort (mais quel intérêt ?) et surprise : j’ai beaucoup moins de maux de tête après une séance de ménage…

Mes projets :  Aller encore plus loin en investissant dans des lavettes en microfibre (ultra efficace pour laver les vitres, probablement intéressantes pour le reste, il faut que je teste) diminuer le nombre d’éponges que j’utilise (parce que la cellulose qui contribue à la déforestation, non-merci) et éradiquer l’essuie-tout au profit de jolis torchons.

3 : Les cosmétiques qui empoisonnent

Aujourd’hui : J’ai toujours été une grande fan de maquillage, mais depuis que je m’intéresse aux compositions des produits je m’épouvante : Silicones, huiles minérales, parfums et additifs allergènes, produits chlorés, alcools desséchants… De quoi se faire plus de mal que de bien ! Désormais je décortique toutes les compos de ce qui entre en contact avec ma peau et mes cheveux, et j’ai éradiqué déjà beaucoup de produits (dont certains étaient formulés « naturels » « pour peaux sensibles » c’est dire !) Même certains produits bio contiennent des ingrédients qui ne me plaisent pas. Je n’utilise plus de shampoing mais une base lavante neutre, et je suis revenue aux soins, masques et gommages maison.

Mes projets : Passer complètement au maquillage bio même si je sais que ça me prendra du temps, je suis encore trop accro aux marques conventionnelles… Et peut-être réaliser un jour mes propres cosmétiques ? A voir !

4 : Une alimentation équilibrée ? 

Aujourd’hui : Ce n’est un secret pour personne, Chéri et moi sommes de gros mangeurs. Et jusqu’à peu, on se contrefichait de savoir si c’était équilibré ou pas, pourvu que ce soit bon. Hors de question de faire un régime vu que nous n’avons pas de problèmes de poids, néanmoins quelques lectures sur le sujet m’ont fait réagir et désormais nous avons mis en place un menu standard : Légumes, céréales complètes et légumineuses la plupart du temps, viande blanche une à deux fois par semaine, viande rouge le dimanche, poisson une fois par semaine, et au moins un repas crudivore. Nous privilégions quand nous le pouvons les produits bio et le moins transformés possibles, quitte à passer de longs moments en cuisine. Nous faisons nos propres yaourts et occasionnellement, nos biscuits.

Mes projets : Je rêve du jour où nous aurons un jardin qui nous permettra de produire nos fruits et légumes, et Chéri se verrait bien élever des poules… En attendant, je me renseigne sur les techniques pour fabriquer son propre pain sans machine à pain, et je lorgne sur un blender pour me faire mes propres jus et smoothies. Cependant, je ne me sens pas devenir Végétarienne, j’aime trop la viande et je fais trop facilement de l’anémie pour m’en passer…

5 : Consommer d’occasion

Aujourd’hui : Pour faire des économies, nous n’hésitons plus à acheter meubles, objets déco, livres et vêtements d’occasion. Emmaüs, le bon coin et les amis sont de bons fournisseurs ! Et quand quelque chose est un peu usé, nous le retapons nous-même, il devient ainsi 100% personnalisé.

Mes projets : Faire mes vêtements moi-même le plus possible (j’ai déjà commencé avec le tricot, j’attend d’avoir un logement plus spacieux pour démarrer la couture) et Chéri le bricoleur se sent capable de jouer au menuisier/ébéniste. A terme, je pense que les trocs et ressourceries deviendront quasiment les seuls lieux d’achat que je fréquenterai.

6 : Economiser l’énergie

Aujourd’hui : Chéri bossant dans une grande-entreprise-Française-fournissant-de-l’énergie, on est un peu sensibilisés au sujet. On baisse le chauffage électrique, on éteint les lumières quand on sort des pièces, on prend des douches de moins de 5 min (shampoing compris) à l’eau pas trop chaude, on utilise la machine à laver en mode éco… Bref ce sont des petits gestes simples et basiques.

Mes projets : Pour le moment je trouve qu’on fait de notre mieux. Installer des mitigeurs pour diminuer le débit d’eau au robinet, peut-être ?

7 : consommer local

Aujourd’hui : C’est notre dernière lubie en date ! Privilégier le made in France et les produits alimentaires de la région où nous sommes. Pas toujours évident car l’offre est loin d’être pléthorique…

Mes projets : Eliminer totalement et définitivement de chez nous les produits originaires d’Asie (entre autres…) où les produits sont fabriqués par des ouvriers exploités pour un salaire de misère, et où les normes de sécurité ne sont pas toujours les mêmes qu’en Europe (coucou les guirlandes de noël qui prennent feu et la mélamine qui relargue des molécules chimiques toxiques !) Et puis, on est les premiers à se plaindre qu’il n’y a plus de travail dans notre pays et qu’on n’a plus de savoir-faire… Alors autant être un peu chauvin et relancer notre pays en permettant à ses résidents de bosser.

Quelques lectures pour approfondir: 

  • Zéro Déchet – Béa Johnson (editions les arènes, 2013)
  • Je fabrique mes produits ménagers – Laëtitia Royant (éditions Terre Vivante, 2010)
  • Cuisiner mieux en jetant moins – Lisa Casali (éditions Larousse, 2013)
  • Se soigner toute l’année au naturel – Dr Jean Christophe Charrié (éditions Prat, 2012)
  • Beauté et soins au naturel – Stephanie Tourles (éditions Prat, 2010)
  • Guide de survie joyeuse – Guylaine Goulfier (éditions Ulmer, 2013)
  • Le livre antitoxique – Dr Laurent Chevallier (éditions France Loisirs, 2013)
  • Arrêtons de manger de la merde ! – Jean Pierre Coffe (éditions Flammarion, 2013)

Et vous, que faites-vous pour vivre mieux ?