Rouleaux de Printemps

L’avantage des rouleaux de printemps, c’est que c’est frais, vite fait et pas trop lourd – idéal pour un déjeuner léger sans pour autant crever la dalle avoir faim une heure après.

(recette librement inspirée du livre « cuisine petit prix » aux éditions Tomawak)

IMG_8438

pour une dizaine de rouleaux : 

  • environ 10 galettes de riz
  • 6 crevettes roses cuites
  • 100g de vermicelles de riz
  • 6 grandes feuilles de laitue
  • 1 avocat
  • 3 feuilles de menthe
  • 2 carottes
  • huile de sésame
  • Sauce soja, sauce nuoc mam, shoyu…

IMG_8430

Décortiquer les crevettes, les couper en petits morceaux et les faire mariner 10 minutes au frais dans un peu d’huile de sésame et de sauce soja (ou du shoyu, au goût plus fin)

Plonger les vermicelles de riz dans une casserole d’eau bouillante salée et faire cuire une dizaine de minutes. Egouttez et rafraîchissez. Laver et couper tous les légumes en brunoise, hachez la salade et la menthe.

IMG_8434

Réhydrater les galettes de riz dans un bol d’eau chaude, puis garnir de légumes, de vermicelles et de dés de crevettes. Rouler les galettes sur elle-mêmes pour former un rouleau. Servir frais accompagné de sauce soja/nuoc mam et d’un bouillon asiatique (soupe miso pour nous).

Bon appétit ! 

Le Tartare de Saumon de Chéri

Cette semaine j’ai bossé bien plus que d’habitude et n’ai donc pas été beaucoup à la maison… C’est donc Chéri qui a pris le relais pour tout un tas de choses, notamment la cuisine. Pour rappel, Chéri est aussi gourmand que moi et il improvise des plats originaux avec une facilité déconcertante là où je dois absolument suivre une recette sous peine de servir un truc immangeable.

Voici donc sa recette pour deux personnes :

IMG_8414

ingrédients :

  • 2 pavés de saumon frais
  • quelques tranches de truite fumée
  • 2 avocats
  • 1 demi-citron
  • du citron vert congelé
  • vinaigre balsamique
  • huile d’olive
  • Quelques gouttes de Tabasco
  • quelques poignées de mâche

Couper en petits dés le saumon, la truite, l’avocat et le demi-citron.

Dans un saladier, mélanger les poissons et le citron avec une cuillère à soupe de vinaigre balsamique et une cuillère à soupe d’huile d’olive. Réserver au frais une demi-heure.

Assaisonner les dés d’avocats avec huile d’olive, vinaigre balsamique et quelques gouttes de Tabasco.

Sortir le poisson, l’égoutter et râper dessus un peu de citron vert gelé.

Avec un cercle, monter le tartare : une couche d’avocat, puis une couche de poissons et citron. Servir avec de la mâche.

IMG_8415

Bon Appétit ! 

Le Porridge Du Matin

Ceux qui me connaissent savent que je suis une crève-faim qui ne pense qu’à se remplir l’estomac (j’exagère à peine). La faute à toutes ces bonnes choses que je vois sur les blogs cuisine et qui me mettent l’eau à la bouche, m’voyez.

Seulement voilà, quand on travaille à temps complet on n’a pas trop le loisir de grignoter toute la matinée (heureusement, dans mon cas !) donc il vaut mieux compter sur un bon petit dej’ qui tiendra au corps jusqu’à midi.

A force de chercher le saint graal, j’ai fini par tomber sur diverses recettes de Porridge, cette bouillie étrange dont se bourrent tous les Anglais le matin, paraît-il. 

Le concept, c’est de faire bouillir des flocons d’avoine dans du lait, d’ajouter divers ingrédients (au choix, des fruits, du miel…) et de manger chaud… Et ca te cale l’estomac pendant plusieurs heures. Voici donc ma recette :

IMG_8410

pour un bol : 

  • 25 cl de lait d’amande (plus léger que du lait de vache)
  • 75g de flocons de chataîgnes (parce que c’est plus gourmand que l’avoine!)
  • une cuillère à soupe de cannelle
  • une cuillère à soupe de miel brun
  • des quartiers de pomme

On fait donc bouillir le lait, on y verse les flocons et on laisse cuire 2 min en remuant régulièrement. En fin de cuisson, on verse un peu de miel et la cannelle.

Puis on verse cette bouillie dans un bol, et on décore avec les quartiers de pomme et un dernier filet de miel.

Et vous, que prenez-vous au petit déjeuner ? 

Le

Gnocchi de Butternut à la Fourme d’Ambert

Quand j’ai croisé cette recette sur ce superbe blog, (prenez le temps de le parcourir il en vaut la peine!) j’ai immédiatement voulu la tester. Courges, fromage, crème, tout ce que j’aime ! Je ne m’imaginais pas en revanche que Chéri et moi y passerions une après-midi complète… Et que notre résultat, bien qu’excellent, serait visuellement gerbant peu engageant !

_MG_8281

 

(oui, moi aussi je suis horrifiée devant la non-qualité de mes photos…)

Et vous, faîtes-vous vos gnocchis ?

Mon Pain aux Céréales et aux Figues (Toujours sans Machine à Pain !)

La dernière fois que j’ai fais du pain, Chéri et moi avions été tellement enchantés de l’expérience que je m’étais promis d’en faire plus souvent.

Dernièrement j’ai donc acheté dans mon magasin bio un paquet de farine complète aux graines, et ai déniché une recette dans le hors-série Maxi Cuisine n°4, dont le thème était le « fait-maison ». Et nous nous sommes régalés encore une fois, même si j’ai encore du mal à bien pétrir ma pâte et que j’y laisse les deux bras à chaque fois.

IMG_8293

(Coucou la photo moche !)

Pour une miche, il vous faut : 

  • 500g de farine complète aux graines
  • 200g de figues sèches coupées en petits morceaux
  • 20g de levure de boulanger
  • 25cl d’eau
  • 3 cuillères à soupe de lait
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1,5 cuillère à café de sel

Emietter puis mélanger la levure au lait tiède. laisser reposer 10 min.

Mélanger dans une jatte la farine, le lait à la levure, le miel et l’eau petit à petit. Pétrir pour obtenir une pâte souple qui ne colle plus aux doigts.

Ajouter les figues, pétrir à nouveau pendant 5 min. Couvrir d’un torchon et laisser reposer 1h30 dans un endroit tiède.

Repétrir la pâte pour chasser l’air, façonner une miche et la « griffer ». Laisser lever 1h30 sur une plaque farinée, à couvert.

Préchauffer le four à 240°C, enfourner le pain 25 min avec un verre d’eau en baissant la température à 180°C à mi-cuisson.

Laisser refroidir avant d’attaquer !

Et vous, faites-vous votre pain ? 

Aigues Mortes : Un Port Ensablé au Milieu des Marécages pour partir en Croisade

Cette semaine, j’étais en congés. Que faire quand on a une semaine de vacances imposées en plein mois de Janvier ?

Réponse : partir à la découverte de certains coins en France que l’on ne connait pas encore. Je le répète à chaque fois, nous avons la chance de vivre dans un superbe pays dont chaque région regorge de jolis endroits à découvrir et de monuments à visiter.

Chéri et moi avons décidé cette fois de suivre un « médiéval tour » improvisé, car c’est une période dans l’histoire de France que nous apprécions. Et nous avons donc commencé notre balade par Aigues Mortes.

Aigues Mortes est ce que l’on appelle communément dans le sud de la France une « Bastide » : une ville close, construite de toute pièce à la demande d’un seigneur pour remplir un rôle politique ou commercial stratégique.

_MG_8302

C’est le roi Saint Louis qui, ayant récemment conquis un territoire à l’ouest de la Camargue et offrant au royaume de France enfin une ouverture sur la Méditérannée, décide de fonder un port d’où il pourra s’embarquer pour les croisades (he oui, le fanatisme religieux ne date pas d’aujourd’hui…)

Ce qui est impressionnant à Aigues Mortes, c’est qu’il s’agit d’une petite ville paisible ceinturée d’un immense rempart, posée au milieu des marais salants : Aujourd’hui ensablés, ses canaux ne permettent plus l’accès à la mer pour les gros bateaux comme ceux du Moyen-âge, ce qui renforce cette impression de ville close perdue au milieu des marécages.

_MG_8307

A l’intérieur de la ville, rien de très impressionnant, les anciennes demeures ayant laissé place à des maisons modernes. Cependant, on peut tout de même visiter une jolie petite place sur laquelle trône une statue de saint Louis et surtout une jolie église romane, Notre-Dame des Sablons, qui aurait accueilli les croisés avant leur grand départ pour la terre sainte.

IMG_8320

Nous avons surtout visité la tour de Constance, autrefois donjon d’un château désormais disparu, et qui a servi de prison pour les templiers puis les protestants jusqu’au XVIIIeme siècle, ainsi que le chemin de ronde et les remparts, très bien conservés et dont on peut faire tout le tour. Chaque tour abrite une mini expo sur le thème des croisades, de la vie de saint Louis, des bateaux au moyen-âge… passionnant.

IMG_8371

Et, last but not least, on termine la visite par un passage dans la boutique gérée par les Monuments Nationaux et très bien achalandée : bijoux d’artisans locaux, fleur de sel, livres sur divers sujets (architecture, histoire…) J’ai pour ma part embarqué deux très chouettes livres de cuisine médiévale et les Croisades vues par les Arabes d’Amin Maalouf.

IMG_8376

En résumé, si vous êtes de passage dans la Camargue Gardoise, ne vous privez pas de cette visite agréable autant qu’instructive !

Ma Galette à la Frangipane Ultra-Simple

Article obsolète car l’épiphanie est passée, mais qu’importe !
Cette année j’ai eu envie de faire ma propre galette. Ici dans le sud, la tradition veut que l’on partage une brioche aux fruits confits (je n’aime pas trop ça…) et les galettes « tradi » à la frangipane sont un peu hors de prix dans les boulangeries… L’occasion rêvée de s’y mettre, d’autant plus que la recette est juste hyper simple. Pour la fève, je me suis contentée de glisser une amande entière dans ma frangipane. Aucun risque de se casser les dents dessus ! Rien ne vous empêche cependant de la remplacer par un haricot sec, une petite pièce de monnaie (désinfectée) ou une vraie fève en porcelaine.

Pour une galette d’environ 8 parts, il vous faut :

  • 2 pâtes feuilletées rondes (les plus courageuses les feront elle-même…)
  • 1 jaune d’oeuf pour dorer
  • 75g de beurre ramolli
  • 75g de sucre en poudre (j’ai utilisé de la cassonnade)
  • 75g de poudre d’amande
  • 1 gros oeuf
  • 1 cuillère à soupe de kirch

IMG_8286

Dans une jatte, on mélange le beurre, le sucre, la poudre d’amande, l’oeuf et le kirch.

Sur une plaque allant au four, on abaisse la première pâte feuilletée, on y étale la garniture. C’est à ce moment-là que l’on doit cacher la fève. Puis, on humecte à l’eau le bord libre de la pâte et on recouvre de la seconde pâte feuilletée, en soudant les deux bords (on n’hésite pas à bien les pincer !)

Enfin, on décore le dessus de la galette avec une fourchette, on dore à l’oeuf et on fait cuire 30 min dans un four à 200°c en surveillant la couleur et le gonflement de la pâte.

A consommer tiède !