Faire son Nettoyant Universel avec du Savon de Marseille

Depuis que je bosse dans le milieu de la santé, je me rend compte au quotidien combien les produits désinfectants habituellement utilisés pour nettoyer les surfaces potentiellement sales/infectées sont agressifs : mes mains, même protégées par des gants en latex, sont désséchées, j’ai la gorge qui pique plus souvent… Et le plus flippant, c’est de savoir que ces produits cancérigènes et toxiques même à faible dose ne sont pas différents de ceux que l’on utilise chez soi pour son petit ménage quotidien !

Sachant que je « m’intoxique » déjà bien assez au boulot, j’ai décidé de déjavéliser mon intérieur. Chéri et moi sommes partis du constat qu’une maison pouvait être propre sans forcément être intégralement désinfectée, qu’il fallait faire confiance aussi à son immunité et que de manière générale, notre chez-nous était rarement sale : poussiéreux parfois, désordonné éventuellement, taché parfois (surtout dans la cuisine). Rien qui ne nécessite en tout cas un usage régulier de produits javelisés ou alcoolisés, catastrophiques pour nous mais également pour la biodiversité lorsqu’ils sont rejetés dans le circuit des eaux usées.

Nous sommes donc retournés aux basiques de nos grand-mère en mobilisant des savoir-faire un peu oubliés et des produits peu chers et faciles à trouver : si j’utilise purs le vinaigre blanc, le savon noir et le bicarbonate de soude, Chéri et moi fabriquons également notre « nettoyant universel » qui nous sert pour laver le sol, la cuisine et la salle de bain, et qui constitue également une chouette lessive. Pour l’utiliser, il suffit d’en prélever une cuillère et de la diluer dans un peu d’eau chaude ou de vinaigre blanc : c’est prêt !

*Evidemment, mieux vaut faire 15 min de ménage tous les jours avec des produits naturels, plutôt qu’une heure par semaine avec des produits hyper agressifs. Passer à un ménage « naturel » sans javel nécessite d’être régulier pour ne pas laisser la saleté et les bactéries proliférer car au delà d’un certain stade, il faudra revenir au désinfectant… Dommage !* 

IMG_8073

Pour un bocal d’un litre, il faut :

  • 200g de savon de Marseille râpé en copeaux
  • 900 ml d’eau bouillante
  • un trait de vinaigre blanc
  • 6 gouttes d’huile essentielle désinfectante (citron, lavande vraie, cannelle, tea tree…)

IMG_8090

On verse tous les ingrédients dans le bocal, l’eau bouillante en dernier. On touille un peu avec une cuillère en bois pour bien mélanger, et on laisse reposer une nuit au frais sur le rebord d’une fenêtre. La préparation va figer. Il suffira ensuite de prélever cette « gelée » à la cuillère et de la diluer selon les besoins. ^^

E vous, faîtes-vous votre propre nettoyant ? 

Mes Scones Biscornus

J’en fais assez régulièrement et j’adore ça. Avec une cuillère de crème épaisse et un peu de confiture, c’est un délice… Et peu importe s’ils ne ressemblent à rien, moi je les aime !

IMG_8229

pour une huitaine de scones, il faut :

  • 375 g de farine de blé (complète pour moi)
  • 1 sachet de levure
  • 50g de beurre coupé en dés
  • 50g de sucre en poudre (rapadura complet pour moi)
  • 1 oeuf légèrement battu
  • 150 ml de lait

Dans un saladier, on verse la farine, la levure et le beurre et on travaille du bout des doigts jusqu’à l’obtention de « sable ». On incorpore alors le sucre, l’oeuf et le lait pour obtenir une pâte souple, légèrement collante.

Personnellement, je la prend à la cuillère pour la déposer par petits « tas » sur une plaque de cuisson farinée. Certains iront jusqu’à la passer à l’emporte-pièce pour obtenir des scones parfaitement ronds, moi j’aime bien les trucs biscornus ! ^^

On enfourne ensuite 12 minutes environ à 200°C. Les scones se dégustent froids, coupés en deux dans la largeur et « fourrés » de beurre, nutella, crème ou confiture… Ils se conservent une semaine dans une boite hermétique et sont parfaits pour le petit dej !

Et vous, faîtes-vous vos scones ?  

Bilan de ma Dernière Commande chez Aroma-Zone

Quand j’étais ado, j’étais une acharnée de maquillage et cosmétiques « conventionnels » : très tôt, à cause de sévères problèmes de peau (coucou acné, eczéma et rosacée !) j’ai appris à me tartiner et à tester à peu près toutes les crèmes de toutes les marques de parapharmacie présentes sur le marché.IMG_8250

Cette addiction à tous ces produits m’a amenée il y a deux ans à une extrémité lamentable : salle de bain surchargée de produits, parfois en triple exemplaires, achetés « pour test » et entreposés partout où je trouvais de la place, peau en souffrance car étouffée par une routine hyper lourde, pas adaptée et constamment changeante… C’était devenu un sujet d’amusement pour ma soeur qui m’avait même dit un jour « ça va, si tu trouve pas de boulot tu peux ouvrir un magasin de beauté, t’as assez de stock pour fournir une petite ville là! »

Et puis j’ai emménagé avec Chéri. Chéri est un minimaliste, adepte du « less is more » et il a eu dès le début l’intelligence de me poser un ultimatum : « je te préviens, la salle de bain est toute petite et il est hors de question que tu aies plus de place que moi pour entreposer tes produits. Tout sera partagé de façon équitable, et si tu ne peux pas ranger un truc tu t’en sépares, sinon c’est moi qui m’en charge ! »

Oui, dis comme ça, ça calme.

Cette phrase a été salutaire : je me suis séparée de 99% de mes produits, et me suis tournée vers une routine hyper simplifiée et majoritairement naturelle. Aujourd’hui, la salle de bain est épurée, et je compte sur 3 ou 4 produits multi-usage et le plus bruts possible, et ma peau me dit merci. Mon principal fournisseur désormais, c’est Aroma-Zone : j’ai une confiance absolue dans ce qu’ils proposent et je suis très satisfaite de la qualité de leur service.

Pour cette dernière commande j’ai pris : 

  • du gel d’Aloe Vera. Je l’utilise comme hydratant universel, sur la peau (visage, corps) et comme ingrédient hydratant dans mes masques capillaires. Chéri l’utilise comme gel capillaire également.
  • Hydrolat d’Hélichryse de Corse. Ca pue atrocement, mais c’est hyper efficace contre les rougeurs. A utiliser en lotion sur la peau le soir, après démaquillage.
  • Huile d’Amande douce. C’est ZE produit : pour moi, elle fait à la fois office de démaquillant, d’huile nourrissante pour le corps et c’est également la base de mes bains d’huile capillaire.
  • Beurre de Karité brut : idem, hydratant corps et cheveux en cas de grand froid, c’est un peu l’allié de Chéri et sa peau sèche/ses cheveux épais.

Comme d’habitude, livraison impeccable, tous les produits bien emballés. Je recommande chaleureusement !

Et vous, avez-vous déjà commandé sur Aroma-Zone ? Utilisez-vous des produits cosmétiques naturels ? 

Tarte Aux Pommes « à l’Alsacienne »

Il paraît qu’il existe plusieurs méthodes « régionales » pour faire une tarte aux pommes. Les gens de l’ouest de la France la feront plutôt « à la Normande » (avec beaucoup de beurre, de crème et des pommes acides) et les gens de l’Est (dont je fait partie) la cuisinent plutôt « à l’Alsacienne » avec de la poudre d’amande, des épices et des pommes douces.

IMG_8091

Personnellement, quand je fais des tartes aux pommes je ne me pose pas tellement de questions, je la fais comme ma maman, mes mamies et mon arrière-grand-mère la faisaient, et surtout avec ce que j’ai dans mes placards à ce moment-là.

IMG_8095

Voici à peu de choses près, ma recette habituelle :

  • Une pâte sablée
  • une poignée de poudre d’amande (oui, je ne mesure rien)
  • deux ou trois pommes pas trop acides (celles du jardin de mes parents,  moches mais rustiques et très parfumées, sont parfaites !)
  • deux oeufs
  • un demi-verre de crème (ou de lait, suivant ce que j’ai sous la main)
  • une cuillère à soupe de sucre (Rapadura complet pour moi)
  • une cuillère à café rase d’un mélange d’épices (ex : cannelle, girofle, muscade…)

On étale la pâte dans un moule à tarte, on saupoudre d’amande (ne pas trop en mettre, au risque de rendre la tarte écoeurante) et on aligne les quartiers de pommes épluchées sans trop les faire chevaucher.

Puis, on mélange dans une jatte la crème, les épices, le sucre et les oeufs et on verse ce mélange sur la tarte. On saupoudre d’un peu de cannelle pour décorer et on enfourne une trentaine de minutes à 180°C.

… A manger tiède avec un filet de crème fraîche ou une boule de glace vanille, ou froid accompagné d’une infusion au miel !

Et vous, comment faîtes-vous votre tarte aux pommes ? 

Café et Thé Gourmand # 5 : le Smoothie D’Automne

Parce qu’il n’y a pas que le thé et le chocolat chaud dans la vie (même si c’est trop bon). J’avoue ne pas me faire autant de smoothies que je le voudrais (la faute à mon mixeur, qui n’est pas hyper puissant et se contente de me faire des purées grossières plutôt que des jus parfaitement blendés. Bref).

IMG_8123

cependant, j’essaie tout de même et le résultat cette fois-ci ne m’a pas déçue !

Pour deux grands verres, il vous faut :

  • 2 bananes bien mûres
  • le jus de 2 oranges
  • 1 pomme acide

On mixe tout ensemble et surtout, on boit tout de suite car la banane a tendance à s’oxyder et à donner à la préparation une teinte brune pas très belle (ça n’affecte pas son goût, cependant).

Et vous, faîtes-vous vos smoothies ? 

Un Pain Spécial Petit Dej’ (et Sans Machine à Pain !) Avec Marlette

Quand j’étais gamine, j’avais (j’ai toujours d’ailleurs, coucou Annabelle !) une très bonne copine qui habitait dans le même village que mon arrière-grand-mère, et dont les parents étaient éleveurs laitiers « à l’ancienne ». Comprenez : débrouillards et adeptes des choses simples et du fait maison, valeur que je trouve aujourd’hui hyper importante mais je ne l’avais pas réalisé à l’époque…

J’aimais beaucoup aller chez cette copine car son père y était toujours occupé à fabriquer ou cuisiner des choses que mes parents et 99% des gens en général se contentaient d’acheter tout prêt. Quand on est une petite fille citadine de 10 ans, assister au brassage de la bière, à la fabrication du fromage ou du beurre, au séchage des saucisses franc-comtoises ou au pétrissage du pain a quelque chose d’un peu magique… Et la saveur du « fait-maison » est tellement différente !

Aujourd’hui j’ai 24 ans et je ne revois plus cette copine aussi souvent que je l’aurais souhaité car la France est bien grande et je suis bien loin de ma chère Haute-Saône, mais j’ai gardé intact dans mes souvenirs toutes les sensations liées au pain frais que l’on a fait soi-même : la pâte qui colle aux doigts, les bras douloureux à force de pétrissage et ce geste si caractéristique que je suis tellement fière d’avoir appris pendant un énième « atelier boulange » improvisé, la pâte qui lève sous son torchon, l’odeur du pain chaud dans le four et enfin son petit goût un peu acide lorsqu’on le consomme encore tiède avec de la confiture…

Alors quand je me promenais chez Nature & Découvertes l’autre jour et que je suis tombée nez à nez avec cette préparation pour pain spécial petit déjeuner », inutile de dire que je me suis jetée dessus avec la ferme intention de faire mon propre pain moi aussi.

Le produit en question vient de chez Marlette, une petite entreprise basée sur l’ile de Ré, et qui propose des préparations pour pains spéciaux, gâteaux et apéritifs à faire soi-même. Les ingrédients sont bios et Français, ils proposent même une gamme sans gluten, c’est un peu cher mais ils livrent dans toute la France donc foncez !

Pour revenir à ma boulange, j’ai profité d’un samedi après-midi pluvieux pour rassembler mes souvenirs de gosse en vacances à la campagne et faire, moi aussi, mon pain. Trois heures et deux bras en moins plus tard, il était là, doré, croustillant. Chéri et moi l’avons dégommé en deux jours (on s’en est même empiffré pour le goûter, houuu pas bieeeen) parce qu’il était trop bon avec ses petites noisettes et ses morceaux de figues.

IMG_8242

Le retour à la baguette pas cuite de la boulangerie dès le lendemain fut rude. Alors c’est décidé, désormais, je nous ferais ce petit plaisir, quelques fois dans le mois, de faire notre pain.

Et vous, faîtes-vous votre pain ? 

Café et Thé gourmand #4 : Lait d’Amande

Je n’ai jamais été une grande fan de lait végétaux. Mauvaise expérience à l’adolescence avec du lait de soja (plus JAMAIS je ne boirai ce truc infâme, même si ma vie en dépend). Et surtout, étant arrière petite fille de fromager, j’avoue qu’il y avait surtout du lait de vache à la maison et ça me convenait très bien.

Depuis, j’ai lu plusieurs bouquins sur la nutrition et le mieux-vivre, j’ai bien flippé après la lecture du rapport Campbell et je me dis qu’il faut effectivement limiter ma consommation produits laitiers. Vu qu’il est hors de question pour moi de faire l’impasse sur le fromage pour l’instant (héritage familial, tout ça…) j’ai décidé de plutôt m’attaquer à ma consommation de lait, au petit dej et au goûter notamment.

C’est un peu comme ça que je suis tombée sur le lait d’amande, au détour d’un rayon dans mon magasin bio. Et j’adore ! Il est léger, au goût subtil (pas écoeurant comme je le craignais tout d’abord) facile à digérer, et il peut être agrémenté de plein de façons (froid avec un peu de cannelle, chaud avec une cuillère de miel ou un peu de cacao, dans des céréales au petit dej…) bref, une bonne alternative au lait de vache. Perso, je suis accro et si en faisant les courses on oublie malencontreusement d’en prendre une brique, je pète ma crise (ou presque !). Je n’ai pas encore passé le cap de l’utiliser en cuisine mais ça ne saurait tarder…

IMG_8068

En attendant, je l’accompagne d’amandes fraîches et de bananes séchées pour une pause gourmande.

Et vous, buvez-vous du lait d’amande ?