Velouté de Fanes de Radis

L’avantage du printemps, c’est qu’on mange plein de petits légumes frais en primeur, comme les radis par exemple. Mais qui ne s’est jamais senti un  peu bête en sortant sa botte du sac et en se disant, « mais qu’est ce que je vais bien pouvoir faire des fanes ? »

Alors en ces temps de crise où on essaie de manger mieux mais le moins cher possible, j’amène ma petite contribution en partageant cette recette très sympa, trouvée dans le Cuisine Actuelle du mois de mai 2013 (n° 269) et que j’ai réarangée en fonction de ce qui restait dans mes placards.

velouté fanes radis

  • 2 gros oignons
  • 1/2 citron
  • les fanes d’une botte de radis
  • 5 ou 6 radis
  • 10 cl de crème fraîche
  • 25 g de beurre
  • sel poivre

Rincer et essorer les fanes et les radis. Peler et émincer les oignons. Faire chauffer le beurre dans une cocotte et y faire jaunir les oignons quelques minutes sur feu doux. Ajouter les fanes de radis et cuire une minute en mélangeant. Mouiller avec un litre d’eau salée et porter à ébullition. Ajouter les radis hachés et faire cuire 20 min à couvert.

Passer la soupe au mixeur (toujours le petit hachoir dans mon cas !) ajouter la crème et le jus de citron en filet, remettre la soupe dans la cocotte et réchauffer sans faire bouillir pendant quelques instants. Rectifier l’assaisonnement avant de servir.

Bon Appétit ! 

 

L’ingrédient du mois #1 : Le Metton / La Cancoillotte

J’inaugure cette nouvelle rubrique aujourd’hui avec un produit qui m’est familier : étant d’origine Franc Comtoise, et plus particulièrement Haut-Saônoise, il me semblait logique de parler ici du produit Haut-Saônois par excellence, le Metton !

metton

Le metton, c’est du lait caillé séché en petits « granules » jaunes et odorants, et que l’on achète chez les fromagers locaux dans tout l’est de la France, ou en grandes surfaces au rayon fromage (si on a de la chance… perso je n’en ai malheureusement pas encore trouvé dans le Sud. Obligée de transformer ma grand-mère en contrebandière pour m’approvisionner). J’utilise habituellement celui de la fromagerie Poitrey, mais plusieurs marques en proposent et il ne faut pas négliger le metton artisanal en vente directe chez les fromagers (plus chers mais meilleur).

metton2

Ce metton est utilisé pour faire de la cancoillotte, un fromage coulant et collant, faible en matières grasses, et qui se mange froid en tartines ou chaud sur des pommes de terre. (Si vous ne connaissez pas ce monument gastronomique de chez moi, je vous invite à lire cet article).

La plupart des gens aujourd’hui achètent leur cancoillotte déjà fondue ; c’est plus facile et plus rapide, mais occasionnellement j’aime fondre ma propre colle et maîtriser ainsi complètement sa consistance, son goût, etc.

Je serais incapable de restituer une recette précise de ma cancoillotte : je la fais à l’instinct, sans suivre vraiment des quantités particulières. En gros, je fais juste tremper mon metton une nuit dans l’eau tiède, puis je le fais fondre dans une cocotte (la tradition veut que l’on fonde la cancoillotte dans un caquelon, mais je fais avec ce que j’ai :p) avec un peu d’eau, du vin blanc, de l’ail pilé et du beurre. Beaucoup de beurre, parce que c’est ce qui donne son goût, sa belle couleur jaune clair et son moelleux à la cancoillotte. On peut aussi la faire nature, aux noix, au vin jaune, au macvin du Jura… Quand on la fait soi-même, les possibilités sont infinies, et chaque famille a sa recette.

Et pour la dégustation, je suis irrécupérable : je mange ma cancoillotte à la cuillère, directement dans le pot… Mais chaude sur des pommes de terre ou en fondue, froide sur du pain ou des toasts, là encore avec un peu d’imagination tout est possible !

cancoillotte

Et Vous, connaissiez-vous le metton et la cancoillotte ? 

Fettucine Boscaiola

Encore une recette Italienne, parce que je nourris un amour particulier pour les petits plats de nos voisins transalpins… Toujours issu du Grand livre de la cuisine du monde des éditions Marabout Chef, ma nouvelle bible. Et vous, quel est votre livre de cuisine préféré ?

boscaiola

  • 500 g de fettucine
  • 2 c à soupe d’huile d’olive
  • 200g de champignons de Paris émincés
  • 2 gousses d’ail écrasées
  • 200 g de jamabon blanc grossièrement haché
  • 60 ml de vin blanc sec
  • 300 ml de crème liquide

Faîtes cuire les pâtes dans une grande casserole d’eau bouillante, puis égouttez-les. Pendant ce temps, faîtes chauffer l’huile d’olive dans une grande sauteuse. Faîtes-y revenir les champignons, l’ail et le jambon, en remuant, jusqu’à ce que les ingrédients soient légèrement dorés. Ajoutez le vin et faîtes bouillir sans couvrir, jusqu’à ce qu’il réduise de moitié.

Ajoutez la crème liquide dans la sauteuse et baissez le feu. Laissez mijoter à découvert jusqu’à ce que la sauce épaississe légèrement. Ajoutez les pâtes. Mélangez et servez.

Bon appétit !

Poulet Cacciatore et Flans de Poireau

Une version Italienne du poulet chasseur, revisitée à ma façon, accompagnée de petits flans de poireaux. C’était bon ! (Et en plus vous avez deux recettes dans un seul article, bande de petits veinards !)

cacciatore

Recette du poulet issue du Grand Livre de la cuisine du monde, édition Marabout Chef, et recette du flan issue de l’agenda gourmand 2012 de Cuisine et Vins de France.

Pour le poulet :

  • 2 c à s d’huile d’olive
  • 1,5 kg de poulet désossé avec la peau
  • 1 oignon jaune moyen
  • 1 gousse d’ail pilée
  • 125 ml de vin blanc sec
  • 2 c à s de vinaigre de cidre
  • 125 ml de bouillon de poule
  • 400 g de tomates pelées
  • 70 g de concentré de tomate
  • 60 g d’olives noires
  • 1 botte de persil plat

Faire dorer le poulet dans la moitié de l’huile d’olive. retirer de la cocotte et réserver.

Faire revenir l’oignon et l’ail dans le reste de l’huile. Ajouter le vin blanc, le vinaigre, le bouillon, les tomates avec leur jus, le concentré. Remettre le poulet dans la cocotte sans superposer les morceaux. Porter à ébullition, laisser frémir 20 min à couvert. Poursuivre la cuisson 30 min à découvert, jusqu’à ce que la sauce ait réduit.

Dégraisser la sauce avant d’ajouter les olives et le persil.

Pour les flans :

  • 200g de blancs de poireau
  • 40 cl de lait
  • 3 oeufs
  • 1 c à café d’huile d’olive
  • noix de muscade râpée
  • sel, poivre

Préchauffer le four à th 6 (180°). Laver les blancs de poireau et les couper en 4 dans le sens de la longueur, émincer finement. Mettre dans une casserole avec 2 cuillerées à soupe d’eau légèrement salée. Faire cuire 8 à 10 min puis égoutter.

Casser les oeufs dans un saladier et les battre au fouet. Ajouter le lait tiédi, en remuant afin d’obtenir un mélange homogène. Assaisonner de sel, poivre et muscade râpée. Répartir les poireaux dans 4 ramequins huilés. Les disposer dans un plat à four. Remplir à ras bord du mélange oeuf-lait. Verser de l’eau dans le plat, à mi-hauteur des ramequins, pour faire un bain-marie. Enfourner pour 20 min.

Vérifier la fin de la cuisson en piquant la lame d’un couteau dans un des flans. Elle doit ressortir sèche. Servir.

Bon appétit ! 

Escalopes Milanaises

escalope milanaise

Quand chéri m’a demandé de lui faire des escalopes Milanaises, je me suis tout de suite attelée à la tâche car c’est une viande facile et relativement rapide à préparer, et que j’adore. Voici ma version de cette recette Italienne, mais il en existe une foule !

Pour deux personnes :

  • deux escalopes de veau
  • une grosse poignée de chapelure
  • une poignée de farine
  • un jaune d’oeuf
  • une poignée de parmesan rapé
  • sel, poivre

Tout d’abord, on prépare trois assiettes creuses : une emplie de jaune d’oeuf, une emplie de farine et une emplie du mélange chapelure/parmesan.

On trempe les escalopes face par face dans le jaune d’oeuf, puis dans la farine, puis dans la panure. On repasse si nécessaire plusieurs fois dans chacune des trois assiettes pour créer une belle croûte épaisse.

On laisse ensuite les escalopes panées au réfrigérateur une quinzaine de minutes pour laisser le temps à la panure de durcir. Elle tiendra ainsi mieux à la cuisson.

Enfin, on fait griller délicatement une dizaine de minutes les escalopes dans une poêle.

J’ai servi les miennes avec une salade à l’huile d’olive et à la feta et des spaghetti au beurre. (flemme quand tu nous tiens…)

Bon Appétit !

Gratin de Blettes de ma Maman

gratin de blettes

Jeudi j’ai acheté un panier Fraîcheur du Terroir à la Gare saint Charles de Marseille. Le concept : une fois par semaine, des producteurs locaux constituent des paniers de produits de saison de leur production et les vendent pour une quinzaine d’euros à des abonnés. Perso j’adore l’idée, je préfère acheter des produits locaux plutôt que ceux qui viennent de l’autre bout de la terre (et qui coûtent le double, donc.)

Dans mon panier de cette semaine, il y avait notamment des Blettes. Un légume un peu fade que j’ai toujours eu l’habitude de manger puisque ma maman nous en faisait des gratins assez souvent quand on était petites. C’est donc pour me faire un  petit plaisir régressif que j’ai reproduit ce gratin à midi. Et on s’est bien régalés !

  • 1 kg de Blettes
  • 1 l de bouillon de volaille
  • un peu de farine
  • Emmental rapé
  • sel poivre

Pour commencer, on épluche les blettes : on élimine les feuilles et on coupe les côtes en dés. On les nettoie ensuite à l’eau claire.

On plonge ensuite les blettes dans un grand volume d’eau salée et on porte à ébullition pendant 10 min. Pendant ce temps, on fait un roux en mélangeant au fouet 1 L de bouillon de volaille chaud avec la farine.

Quand les blettes sont cuites, on les égoutte, on les dispose dans un plat à gratin et on verse dessus le roux. On recouvre de fromage râpé et on laisse cuire un trentaine de minutes à four moyen (180°).

Même cuit, le gratin reste un peu liquide, c’est normal !

Bon appétit !

Soupe de Petits Pois à la Feta

soupe petits pois feta

Une recette toute simple pour le soir. Mon mixeur – en fait, il s’agit d’un hachoir, car ayant récemment emménagé, je n’ai que ça sous la main, alors ne rigolez pas merci – ne m’a pas permis d’obtenir la texture veloutée que je cherchais mais le résultat s’est quand même avéré tout à fait consommable donc je suis quand même satisfaite 🙂

Cette recette a été chipée dans le magazine « Nos 100 meilleures recettes de printemps » (n°21) édité par le Best Of Gourmand. Je l’ai juste un peu adaptée parce que je suis une true rebelz haha !

Pour 2 personnes :

  • 400 g de petits pois
  • 1/2 oignon blanc
  • 50 g de Feta
  • 25 g de beurre
  • 1/2 l de bouillon de volaille
  • Sel et poivre

Ecosser les petits pois. Pelez et hachez l’oignon. Couper la feta en morceaux.

Faites fondre le beurre dans une cocotte et mettez-y l’oignon à revenir en remuant jusqu’à ce qu’il blondisse. Versez le bouillon de volaille et portez à ébullition. Quand il bout, réduisez le feu et ajoutez les petits pois. Salez, poivrez et faites cuire 25 min.

Mixez la soupe jusqu’à l’obtention d’une texture lisse et répartissez rapidement dans deux assiettes creuses. Parsemez de feta. On peut aussi y ajouter une branche de romarin (pas de chance, je n’en avais plus).

Bon Appétit !